Changement climatique: l'enquête d'AXA

Jeudi 4 octobre 2012 —

L'enquête d'AXA sur la perception du changement climatique en Amérique, en Asie et en Europe ne pourrait être plus éloquente: le changement climatique constitue une menace à l'échelle mondiale.

Catastrophes naturelles, tempêtes violentes. Elles font désormais partie de notre paysage, en Europe et en Belgique également. Le changement climatique cesse d'être un problème purement écologique pour se muer en un phénomène mondial dont l'impact se fait sentir sur toutes les couches de la population, dans le monde entier.  

Au niveau belge et selon une enquête commandée par AXA en juin 2012, chez 34% des propriétaires d'une habitation qui ont connu un sinistre au cours des dix dernières années, les dégâts ont été causés par les éléments naturels. Près de 50% de ces dommages sont survenus au cours des deux années passées.

Même si l'on ne peut mesurer le climat sur une période de deux ans, ce constat est inquiétant. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'ONU déclare explicitement qu'au cours des 50 prochaines années, le risque de tempêtes et de pluies violentes peut doubler en Belgique. De plus, le niveau de la mer va monter, avec en corollaire un risque accru d'inondations. Suisse de Re, le premier réassureur au monde, prédit une augmentation de 80% du risque de sinistres provoqués par des tempêtes.

En tant qu'assureur,  notre activité de base consiste à protéger les gens. La souscription de protections contre divers risques financiers, corporels et matériels est inscrite dans nos gènes, et notre responsabilité d'entreprise nous appelle à contribuer à la limitation et à la prévention de ces risques. Nous avons dès lors voulu savoir  comment l'être humain se positionne face au changement climatique pour pouvoir engager au mieux l'expertise que nous avons acquise.  Nous nous sommes intéressés aux réactions de 13 pays répartis dans le monde entier: Amérique, Mexique, Indonésie, Japon, Hong Kong et sur le continent européen, Allemagne, France, Italie, Espagne, Turquie, Royaume-Uni, Suisse et Belgique. Les chiffres ne pourraient être plus clairs:

  • Le changement climatique est devenu une réalité pour l'opinion publique, dans le monde entier:
    • 9 personnes interrogées sur 10 sont convaincues que le climat a changé fondamentalement ces 20 dernières années  (ils sont 80% à le penser en Belgique);
    • 3 personnes sur 4 sont convaincues de la preuve scientifique des changements climatiques (en Belgique 74%);
    • 73% ont déjà expérimenté personnellement les effets du changement climatique  (69% en Europe).
  • Le changement climatique est un facteur d'inquiétude:
    • En Asie, plus de 97% des personnes interrogées sont inquiètes, dont 65% très inquiètes;
    • En Europe, 82% de personnes sont inquiètes, dont 32% très inquiètes;
    • En Belgique, 78% de personnes sont inquiètes et 23% très inquiètes.
  • Il est grand temps que nous nous attaquions tous ensemble à ce problème:
    • Dans les nouvelles économies, la population impute la responsabilité pour  97% à ses propres gouvernements; en Belgique pour 79%;
    • 72% des personnes interrogées estiment qu'elles ont également leur part de responsabilité 
    • Avec 89%, l'Europe est la plus optimiste dans la possibilité de trouver une solution commune (en Belgique 88%), suivie par les Asiatiques  (84%) et les Américains (78%)
  • Le secteur de l'assurance joue dans ce contexte un rôle majeur:
    • 61% estiment que le secteur de l'assurance a pour mission de réduire ces risques;
    • 57% considèrent que son rôle consiste à aider les gens à s'adapter aux conséquences du changement climatique (en Belgique 48%);
    • 22% demandent de nouveaux produits d'assurance spécifiques.

L'opinion publique s'est manifestement réveillée dans le monde entier. Guillaume Gorge, Directeur Properties & Casualties, Retail chez AXA: 'L'Asie, l'Amérique et l'Europe unissent leurs voix pour clamer que nous devons nous armer collectivement contre les conséquences du changement climatique. Nous sommes tous inquiets mais convaincus que nous pouvons parvenir ensemble à des solutions structurelles. Ce qui conforte AXA dans sa conviction de devoir continuer à s'engager pour sensibiliser la population, les autorités et l'industrie et mieux les armer contre ces menaces. Sur une période de 5 ans, AXA a dégagé 100 millions d'euros en faveur de la recherche scientifique sur les risques, dont environ un tiers sont liés au climat. N'oublions pas qu'à l'avenir, nous devrons tous payer la facture des risques que nous n'avons pas pu prévenir aujourd'hui. Et cette facture sera bien plus lourde que ce qu'il nous en coûterait aujourd'hui pour nous en prémunir.'

Annexes: