16% des personnes tuées sur les routes belges sont des jeunes

Vendredi 28 juin 2013 —

​16% des personnes tuées sur les routes belges sont des jeunes

Alors que les jeunes conducteurs ne représentent que 8% des automobilistes belges, ce groupe comptabilise 16% des victimes de la route en Belgique. AXA insiste sur l’importance de la prévention émanant des autorités et des modèles parentaux ou autres.


Des chiffres publiés par AXA en Belgique révèlent que les jeunes, qui représentent 8% de la population des conducteurs, atteignent le triste record de 16% des tués de la route en Belgique. Ces chiffres doivent néanmoins être quelque peu nuancés. Ainsi, les garçons sont 4 fois plus impliqués dans des accidents que les filles de la même tranche d’âge. Les dégâts aussi sont 4 fois plus importants chez les jeunes que dans d’autres groupes. Et pourtant, nous observons d’année en année une amélioration de la sinistralité. “Même si des améliorations sensibles sont constatées, il faut continuer à se demander comment faire reculer le taux élevé des jeunes victimes de la route en Belgique”, déclare Kurt Van Bruysel, directeur Auto chez AXA.

Une première cause réside dans le risque initial. Les jeunes manquent d’expérience, sont ignorants des risques que comporte la circulation et n’ont dès lors pas la réaction adéquate. AXA Suisse a réalisé une analyse de 100 accidents dans lesquels étaient impliqués des jeunes. Dans 1 cas à peine, un mouvement de freinage avait précédé l’impact. “L’importance de l’expérience de conduite ne peut être sous-estimée”, ajoute Kurt Van Bruysel. “A partir du moment où le jeune a acquis une expérience suffisante, il réagira autrement aux situations de roulage. Cette amélioration de l’attitude au volant implique en effet aussi une plus grande prudence de la part des jeunes.”

Les risques dits techniques constituent un deuxième risque. Les jeunes conducteurs conduisent souvent des voitures plus vieilles, qui risquent davantage d’être impliquées dans un accident. Néanmoins, AXA observe à cet égard un net revirement, qui s’explique par l’amélioration sensible de la conduite assistée dans les voitures de la nouvelle génération. Par ailleurs, les jeunes circulent fréquemment en groupes. Et les passagers de la banquette arrière omettent souvent de boucler la ceinture de sécurité, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques. Un crash test récent montre clairement que lors d’une collision, le chauffeur et son copilote sont littéralement écrasés entre l’avant de la voiture broyée et la poussée des passagers projetés depuis le siège arrière. Ce qui ne leur laissait que de maigres chances de survie.

Il importe donc de bien informer les jeunes. “En Angleterre, le gouvernement mène une campagne de sensibilisation par les médias sociaux et la radio. Rares sont les émissions radiophoniques pour les jeunes qui n’abordent pas le thème de la sécurité routière. Ce qui nous fait dire que la Belgique dispose encore d’une marge d’amélioration.” Les parents jouent également un rôle majeur dans leur fonction exemplaire. “Les jeunes calquent leur conduite automobile sur celle de leurs parents. Un brin d’imagination suffit pour affirmer que les parents déterminent la sinistralité future de leurs enfants. En accordant des réductions tarifaires aux jeunes dont les parents conduisent avec prudence, nous voulons récompenser l’exemplarité d’une bonne conduite. Il nous incombe en tant qu’assureur de faire de notre société un monde meilleur et plus sûr grâce à la prévention”, conclut Kurt Van Bruysel.

 

Pour plus d’informations
Service Presse d’AXA en Belgique
Benoît Lempkowicz
Porte-parole
02 678 68 05
0497 59 38 24
press.axa@axa.be

Published with Prezly