Les ronds-points sont-ils sûrs? Les voitures de société représentent-elles un danger pour la circulation?

Vendredi 8 juillet 2011 —

Communiqué de presse du 8 juillet 2011

En tant qu’assureur auto, AXA accorde une attention toute particulière à la prévention routière. Il est de notre devoir d’entreprise socialement responsable de sensibiliser à la prudence sur les routes. Dans le cadre de cette politique de prévention, AXA et l’IMOB* collaborent étroitement. Pour la troisième année consécutive, AXA a remis un award à deux étudiants de master en sciences de la circulation routière à l’Instituut voor Mobiliteit (IMOB) de l’Université de Hasselt, pour leur mémoire qui apportait un éclairage nouveaux sur les enjeux de la sécurité au volant. Thomas Bullen et Winfried Casters ont chacun reçu un chèque de 500 euros. 

 

 

Les deux sujets gagnants sont:

"La plupart des accidents se produisent lorsqu’on s’engage dans un rond-point"

(Winfried Casters – Profilage et regroupement des accidents dans les ronds-points à l’aide de diagrammes de manœuvre)
Même si dans l’ensemble, les ronds-points sont censés favoriser la sécurité, ils représentent un danger pour les cyclistes. En enquêtant de manière détaillée sur plus de 400 accidents survenus dans des ronds-points, Winfried Casters est arrivé à la conclusion que la majorité de ceux-ci ont lieu lorsqu’on se dirige vers un rond-point ou qu’on s’y engage, sous forme de collision arrière ou suite à la négligence des règles de priorité. Les accidents (avec blessés) les plus sérieux sont souvent consécutifs d’impacts avec des usagers faibles. Les ronds-points avec piste cyclable aménagée sur le trottoir semblent un brin plus sûrs que ceux avec piste cyclable tracée sur la route même. Autre constatation importante : plus grand est le rond-point, plus fréquentes sont les collisions avec l’îlot central.

"Les accidents impliquant des véhicules de société sont moins fréquents grâce au télétravail"
(Thomas Bullen – Facteurs sous-jacents du comportement des collaborateurs avec véhicule de société et politique actuelle et future en la matière)
Près d’un travailleur belge sur trois dispose d’une voiture de société. Selon une ancienne étude, ces derniers sont davantage impliqués dans des accidents avec dégâts matériels. Bien que de nombreuses entreprises aient déjà adopté des mesures pour encourager une conduite responsable, Thomas Bullen constate que des améliorations restent encore possibles. Ainsi des solutions comme le télétravail ou la mise à disposition d’un budget mobilité ont indéniablement une influence positive sur le comportement au volant. L’on recommande également la responsabilisation des employés impliqués dans un accident en tort, des cours de conduite obligatoires et des sessions d’entraînement, la récompense de la prudence sur la route et la sensibilisation des collaborateurs à la politique en matière de véhicule de société.

* L’IMOB est un institut indépendant rattaché à l’Université de Hasselt qui fait des recherches dans les domaines de la mobilité, de la sécurité routière et de la logistique. Il est aussi le seul organisme en Belgique à proposer un bachelor et un master en sciences de la circulation routière. 

 

Pour plus d'informations:


Service presse d’AXA en Belgique
Valérie Nouille: 02/678.73.46
press.axa@axa.be